OCT13

L'expérience professionnelle de l'écriture et l'écriture de, sur et à partir de l'expérience : défis et usages en formation

 

Martine Morisse a travaillé dans le champ de la formation des adultes pendant 20 ans. Maître de conférences à l’université de Paris 8, pendant 6 ans, en tant que didacticienne de l’écriture, rattachée au laboratoire Théodile CIREL et associée au CRF (Centre de recherche sur la formation) du CNAM. Depuis 2009, elle est Maître de conférences à l’UFR des sciences de l’éducation de l’université de Paris VIII-Vincennes à Saint-Denis, responsable d’un master 2 EFIS (Education Formation et Intervention Sociale) à l’IED (Institut d’enseignement à distance). Son laboratoire actuel de rattachement est Experice Paris 8-Paris 13.

 

Domaines de recherche
Ses principaux travaux de recherche interrogent les liens entre écriture, expérience et apprentissage, ils se sont développés dans deux directions : la dimension réflexive de l’écriture professionnelle, en travaillant notamment sur les écrits professionnels des enseignants ; et la transformation de soi dans l’écriture expérientielle. Actuellement ses recherches portent sur le processus d’écriture de dossiers de VAE (validation des acquis de l’expérience).

 

Les questions abordées au cours de la matinée

Quelles expériences de l'écriture ont les professionnels en situation de travail ?
Quels sont les obstacles à lever dans la mise en mots de l'expérience professionnelle ?
En quoi l'écriture de sa pratique, sur sa pratique et à partir de sa pratique contribue-t-elle au développement des professionnels ?
Quelles démarches d'écriture sur l'expérience privilégier en formation ? Pour quels enjeux et face à quelles résistances possibles ?
Quelle éthique du formateur (et/ou du chercheur) face aux récits d'expérience ?

 

Principales publications
Morisse M. (2006). L’écriture réflexive est-elle formative ? dans Cros F. (Ed.). Ecrire sur sa pratique pour développer des compétences professionnelles, Paris, L’Harmattan, p.217-227.

Cros F. Lafortune L. Morisse M. (2009). Ecritures en situations professionnelles. Québec, Presses Universitaires du Québec, Collection Recherche,

Morisse M., Cros F. et Lafortune L. (dir.) (2011). (Se) professionnaliser par l’écriture. Quels accompagnements ? Québec, Presses Universitaires du Québec, Collection Recherche,

Morisse M. (2011), La production de supports didactiques comme processus de réflexivité chez les enseignantes et enseignants, dans M. Morisse, F. Cros et L. Lafortune (dir.) L. (Se) professionnaliser par l’écriture. Quels accompagnements ? Québec, Presses Universitaires du Québec, Collection Recherche, 2011, p.153-180.

Morisse M. (2011). Les supports de cours: parties visibles et invisibles du métier de l’enseignant, dans B. Daunay (dir.). Les écrits professionnels des enseignants : approche didactique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p.147-174.

Morisse M. (à paraître octobre 2013), La communication au travail, des enjeux pour la formation, dans Cros F. et Mayer C. (coord.), La communication interpersonnelle en formation. Usages, effets et enjeux, Paris, ESF.

Morisse M, Lafortune L. Cros F. (à paraître janvier 2014), L’écriture réflexive, objet de recherche et de professionnalisation, Québec, Presses Universitaires du Québec.

Morisse M. (à paraître janvier 2014), Écriture réflexive et professionnalisante. Quelques considérations épistémologiques, théoriques et méthodologiques, dans M. Morisse, L. Lafortune, F. Cros, L’écriture réflexive, objet de recherche et de professionnalisation, Québec, Presses Universitaires du Québec.

 

     

Ecrire pour apprendre de ses expériences : un exemple d’usage de l’écriture en formation

Christine Mantecon

 

Christine Mantecon est ingénieure de formation au Service Formation Continue de l’UPMC (Université Pierre et Marie Curie). Spécialiste en formation continue, orientation et insertion professionnelle, elle conçoit, développe et conduit des dispositifs de formation, sur des thématiques telles que, l’égalité Femmes / Hommes, le décrochage universitaire, l’éducation thérapeutique… Elle répond également aux besoins de montée en compétences des entreprises et institutions dans le domaine technologique et la santé …

 

Dans le champ de l’orientation et de l’insertion professionnelle, elle a notamment conduit, de 2009 à 2012, une expérimentation sociale pour accompagner un public de jeunes « décrochés » de l’enseignement supérieur. Elle a ainsi conçu et animé des formations pour la redynamisation et la construction de projets professionnels et personnels, dans le cadre d’une pédagogie active, basée sur le suivi individuel dans une dynamique de groupe.

 

Son parcours : titulaire d’un DEA en politiques de formation de l’Université Panthéon Sorbonne, elle s’est également formée à l’accompagnement individuel et collectif en relation d’aide. De 1992 à 1998, elle a exercé au Ministère chargé de l’enseignement supérieur, les fonctions de chargée d’études et de relations avec les milieux professionnels puis de Chef de projets nationaux en formation continue. Depuis 1998, elle est chargée de mission formation continue & FTLV à l’UPMC.

 

Les questions abordées au cours de la matinée
L'écriture dans un dispositif de formation non formel : quelles postures des formateurs ?
Quels outils, quels usages de l'écriture dans ce parcours de formation ?
Quels effets, quels bénéfices du processus d'écriture observés chez les stagiaires ?

     

Ecrire sur l’expérience : enjeux dans le financement des parcours de formation

 

Lionel Lemaire est conseiller au Foncecif Lorraine.

 

Les question abordées au cours de la matinée
En quoi la sollicitation d'écrits sur l'expérience par l'organisme financeur peut permettre une meilleure "gestion" des parcours de formation ?
En quoi l'écriture par les demandeurs des étapes de leur projet permet une meilleure compréhension et une instruction plus pertinente des demandes et des financements ?
En quoi le passage à l'écrit des demandeurs permet-il à ceux-ci d'approfondir la construction de leur projet ?

 

     


 |