Bibliographie


Evelyne Charlier


Charlier, E., Biemar, S. ( 2012) l'accompagnement, un agir professionnel, Bruxelles, De Boeck.

Paquay, L., Altet, M., Charlier, E., Perrenoud, P. ( Coord.) (2012), Former des censeignants professionnels( 4ed.),Bruxelles, De Boeck.


Donnay, J. Charlier, E., Apprendre par l'analyse des pratiques, initiation au  compagnonnage réflexif (2008), Namur, Presses de Namur.

Programme "Les pratiques d'évaluation"

Programme (format pdf)


Marc Olenine

Docteur en Sciences de l’Education, Marc Olenine, dirige IRIS, cette bouillonnante et pétillante institution dont le siège est à Hayange en Lorraine et qui  prend racine au cœur du bassin ferrifère en 1963 quand le gouvernement de l’époque confiait à un certain Bertrand Schwartz alors directeur de l’école de mines de Nancy, la difficile mission d’accompagner la fermeture des mines de fer.

L’action de Marc Olenine commence en 1981  au CEFOR créé après la liquidation de l’ACUCES pour faire face aux grandes mutations de la sidérurgie. Elle se prolonge à partir de 2003 à IRIS, cabinet conseil, dans cet interstice entre ce qui déjà n’est plus et ce qui n’existe pas encore.

Il est témoin et acteur de bien des combats pour l’emploi, de bien des batailles pour l’industrialisation et la revitalisation des territoires, de bien des campagnes pour la modernisation des entreprises.

S’est ainsi constituée une expertise reconnue dans plusieurs domaines  comme la transition énergétique, les personnes âgées, la compétence dans les entreprises, l’évaluation….

 

Contenu de l'intervention

La confiance, cœur de compétences des métiers impossibles…

 

Pourquoi évaluer une action ?

 

Aider à la décision ? Mesurer des apprentissages ? Faciliter la connaissance ? Rationnaliser les coûts ? Favoriser le dialogue ? Moderniser un service ? Revaloriser des exclus ?

Dans une organisation, vous souhaitez réaliser un nouveau projet ? Ou cultiver une prise de conscience ? Ou encore gérer un compromis ?

Dans une institution, il vous faudra dégager des « clignotants » institutionnels pour recadrer ou réactualiser son projet fondateur ?

Dans une action collective de formation, vous avez la responsabilité d’en mesurer l’efficacité pour réguler vos stratégies pédagogiques ? Les fameux « acquis » ? Les transferts ? L’impact ?

Dans un itinéraire de formation, dans un parcours de vie, comment aider à élaborer et construire les critères à partir desquels la personne appréciera la « justice » et la « justesse » de ses actions ?

Il n’est pas d’actions qui ne supposent des « prises de position », c'est-à-dire des jugements explicites ou implicites sur ce que le sujet de l’action considère comme digne d’être accompli.

 

Partielle, partiale, subjective, incomplète et pourtant nécessaire, l’évaluation est un acte complexe. Sa polysémie constitue un véritable piège pour les pratiques des usagers, des professionnels ou des experts. Pour les professionnels de la formation, de l’accompagnement et de l’insertion, il y a ici matière à clarification.

 

Certes  l’évaluation de « l’efficacité » des actions de formation, d’insertion ou d’accompagnement au regard de leurs finalités politiques, économiques, sociales ou individuelles  apparaît comme une nécessité évidente. Mais l’évaluation est aussi faite pour être réfléchie et discutée par des esprits humains, libres, conscients et responsables, alors que, engrammée dans des mémoires informationnelles et manipulée par des puissances anonymes, elle devient un instrument de normalisation généralisée.

 

Participant du débat sur l’éthique qui traverse l’ensemble de notre société, mon intervention se propose d’en clarifier les termes et les enjeux pour l’action des formateurs et des conseillers. Il s’agit d’accompagner la création d’un dispositif capable d’aider à fonder des repères communs, à structurer et à donner du sens à la tension entre l’engagement (subjectif) du sujet singulier et sa soumission aux normes collectives prétendant à l’objectivité. C’est le « cœur de compétences » des m étiers « impossibles » qui, de leurs interrogations éthiques,  autorisera l’instauration de la confiance entre les acteurs.


Evelyne Charlier

 

Docteur en sciences de l'éducation, Evelyne Charlier a enseigné dans le secondaire et en formation non universitaire des enseignants : haute école (anciennes écoles normales).
Elle donne des cours en formation des enseignants (initiale et continuée). Evelyne Charlier est responsable du pôle formation continuée au Département Education et Technologie de l'université de Namur qui regroupe +/- 15 chercheurs en sciences de l'éducation où des recherches formations accompagnements d'équipe de l'enseignement secondaire sont effectuées.

Thématiques de recherche : développement et identité professionnelle des enseignants- dispositifs de formation- analyse des pratiques- décrochage scolaire.

 

Contenu de l'intervention

 

L’accompagnement : un agir professionnel

 

L’accompagnement est une activité singulière qui prend des formes et  qui a des contours spécifiques,  selon les contextes de travail et les professionnels qui le réalisent. Qu’il s’agisse d’accompagner  une équipe ou une personne, accompagner suppose d’adopter une posture spécifique, en se  tenant  à côté  de l’Autre pour le suivre et le devancer, …

Cette activité  repose sur des gestes professionnels que l’on peut expliciter pour cerner l’essence du métier et les spécificités de cette posture que beaucoup de formateurs d’adultes ont l’occasion d’expérimenter.

Pour nous, l’accompagnement se fonde entre autres, sur une double pratique réflexive : celle de l’accompagné qui progresse à partir d’une réflexivité sur soi, sur ses situations de travail et son positionnement au sein de celles-ci et celle de l’accompagnateur qui  dispose d’un langage pour décrire ses situations d’accompagnement , les analyser et ainsi adopter une posture d’extériorité par rapport aux situations vécues. L’analyse des pratiques peut aussi constituer pour  les professionnels une source de savoirs sur les diverses dimensions du métier.

Dans le cadre de cette journée, nous ne proposerons pas une théorie de l’accompagnement mais nous tenterons de dégager, à partir de nos pratiques de terrain, les gestes professionnels qui constituent la professionnalité des accompagnateurs.

 |