Mars 2018

Quelles pratiques d’accompagnement à l’orientation pour les publics en situation d’illettrisme ?


Programme

Les savoirs de base indispensables pour être autonome dans la vie professionnelle évoluent avec le temps. On parle d’illettrisme pour des personnes qui, après avoir été scolarisées en France, n’ont pas acquis un apprentissage suffisant de la lecture, de l’écriture, du calcul, des compétences de base, pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante. Il faudra y ajouter une nouvelle notion, en lien avec le développement des outils de communication numériques : c’est l’« illectronisme ».

 

La complexification des organisations et des process peut faire craindre que leur exclusion du monde du travail s’accroisse. Pourtant ces personnes mobilisent une forme d’intelligence et de compétences particulières dont les gens qui maîtrisent la lecture, l’écriture ou les outils numériques n’ont pas besoin.  Considérant que le meilleur facteur de réussite, et de stabilisation du savoir, reste le sens que l’on peut donner à cette démarche, n’y a-t-il pas là, avec Hugues Lenoir, matière à repenser les pratiques et les compétences d’accompagnement à l’orientation pour les publics en situation d’illettrisme ?


Les intervenants

Hugues Lenoir


Hugues Lenoir
, Enseignant-Chercheur en Sciences de l'Éducation à l'Université Paris Nanterre. Membre du Lisec.

 

 

Un grand témoin, un(e) professionnel(le) de l’accompagnement.


 |